Artboard Created with Sketch.

Témoignages

832754120463680

14.05.2020

Marie-Ève

Marie Ève

Ce témoignage a été rendu possible grâce à un partenariat avec la FAÉCUM. Vous êtes étudiant.e à l'Université de Montréal et vous sentez le besoin de consulter un.e psychologue ? Vous pouvez appeler en tout temps l’Alliance pour la santé étudiante au Québec (service téléphonique 24/7) qui offre des consultations individuelles, à tarif réduit : http://aseq.ca/rte/fr/FAÉCUM_Programmedaide.

En secondaire 5, j’ai eu ma première relation amoureuse et ça s’est vraiment mal fini. J’ai senti que je faisais rire de moi et ça m’a amené à perdre confiance en les gars en général... Mais j’ai minimisé l’impact que ça a eu sur moi et j’ai tout gardé en dedans. Je ne me permettais jamais d’être triste ou fâchée. Quelques mois plus tard, j’ai fréquenté quelqu’un d’autre. Je n’arrivais pas à être à l’aise dans l’intimité, mais je ne l’associais pas à ma première rupture. Suite à ça, j’ai fréquenté une nouvelle personne, mais j’ai vécu une autre rupture amoureuse. Quand on a arrêté de se fréquenter, on a eu une dernière discussion qui m’a fait beaucoup réfléchir sur moi. J’ai repensé à ma première rupture et j’ai compris qu’elle m’affectait encore… Alors qu’en général, je ne suis vraiment pas gênée, quand je suis avec un gars avec qui il y a un potentiel amoureux, je gèle parce que ça me ramène à une peur d’être jugée de nouveau. Ça m’a chamboulée de faire ce lien et je me sentais impuissante… je ne savais pas ce que je pouvais faire pour que ça aille mieux dans ma prochaine relation, ni vers qui me tourner pour en parler. J’ai commencé à souvent pleurer, ce qui était vraiment inhabituel pour moi… ça a été un signal d’alarme qui m’a amené à aller consulter une psychologue.

Nos rencontres m’ont tellement aidée, non pas seulement sur le plan amoureux, mais dans beaucoup d’autres sphères de ma vie. J’ai appris à me permettre de ressentir mes émotions et à les exprimer. J’ai aussi réalisé comment j’avais de la difficulté à être dans le moment présent. Avant, j’avais un horaire très rigide et je me projetais toujours dans l’avenir. Maintenant, c’est plus flexible et je me laisse du temps avec rien de prévu… C’est tellement important. Ça me donne aussi de l’espace pour vivre mes émotions. J’apprends à accepter d’être imparfaite. Pour moi, c’est accepter de faire des erreurs, de ne pas toujours être souriante...d’être humaine finalement. Bien que ma dernière rupture ait été assez souffrante, elle m’a fait beaucoup cheminer. C’est grâce à elle que j’ai appris à mieux prendre soin de moi.

Vous avez aimé ?

  • Afficher les commentaires