Artboard Created with Sketch.

Témoignages

1016182495454174

27.01.2021

Elliott

141735192 1016182498787507 5511474815881703697 o

Ce témoignage a été parrainé par Sophie Maffolini, contributrice de notre campagne de financement participatif.

À cause de la COVID, je n'ai pas pu finir mon secondaire comme je l’avais envisagé, je n’ai pas eu mon bal et je n'ai pas fait mon entrée au cégep comme je l'avais prévu dans ma tête, ça m’a déboussolé. J’étudie en relation d'aide, c’est pas pour être dans mon lit sur Zoom! La première session a été rough, c'est complètement un autre monde. J’ai un trouble d’anxiété généralisée et les rentrées scolaires m’ont toujours causé beaucoup d’anxiété. Mais on s'adapte et on se trouve des moyens. Je me suis fait des amis, même si c'est à distance. Et on est tous dans le même bateau au cégep. Je sais que je vais être capable de continuer à y faire face et je me dis que ça peut juste aller en s'améliorant. Je ne pense pas qu'on peut s'habituer à un manque de présence humaine, mais je pense qu'on apprend à vivre avec en ce moment, même si c’est très dur. C'est une année de résilience et d'adaptation.

En tant que personne trans, c'est une épreuve de vivre ça au quotidien en pandémie. J'ai eu la chance d'être hormoné avant la pandémie et mes changements légaux sont faits, mais ma mastectomie est retardée. En étant toujours chez moi, je n'ai pas le choix de faire de l'introspection...On n'a pas le choix de se regarder dans le miroir et de se demander "Moi je suis qui, qu'est-ce que je veux, qu’est-ce qui me motive, qu’est-ce qui est important pour moi?". Ça fait souvent réaliser qu'on ne se connait pas assez soi-même. Je pense que c'est important de prendre soin de soi pour pouvoir prendre soin des autres...

Je vis encore avec mes parents et mon frère. Être ensemble 24h sur 24, c’est intense, mais dans les moments difficiles, on a tous été là l’un pour l’autre. Je pense qu'on va s'en sortir plus grandi et plus fort en s'entourant des bonnes personnes et en tentant d’être reconnaissant de ce qu’on a. Au début, on se disait que c’était temporaire, mais après 10 mois, c'est sûr que ça devient lourd. C'est vraiment pas un moment agréable, mais on va passer au travers.

Vous avez aimé ?

  • Afficher les commentaires