Artboard Created with Sketch.

Témoignages

990924801313277

14.12.2020

Dyane

Dyane

Ma fille Élodie est décédée il y a 3 ans lors d’un voyage en famille à Bali. On revenait en scooter d’une visite dans un temple, et un autobus l'a fauchée. Ma petite fille est morte dans mes bras à l’âge de 23 ans... C'était épouvantable et indescriptible...Tu vis le bonheur total, et en une fraction de seconde, tu bascules en enfer. Au début, je me sentais coupable de plein de choses, mais avec le temps, j’ai fait la paix avec ça. Il faut se pardonner. Là-bas, on a fait une cérémonie à la balinaise en suivant toutes les traditions et je me suis fait purifier par un prêtre balinais. Ça m'a tellement apaisée…

Un an avant l’accident, Élodie avait acquis une maturité et une sagesse…tout le monde autour d’elle s'en rendait compte. Trois mois avant son décès, pour son projet final de baccalauréat en arts visuels, elle a choisi de mettre en scène ses propres funérailles. Elle voulait que ses proches lui écrivent une lettre et qu’on la lise devant elle, ce qu’on a tous fait. J’ai pleuré…c’est comme si inconsciemment, elle avait senti qu'elle allait partir, comme si elle était connectée à quelque chose de plus grand qu’elle.

J’ai consulté des psychologues dans mon cheminement et l’EMDR, une intervention en psychothérapie, m’a particulièrement aidée, parce que j’avais des flashs récurrents de l’accident. J'ai beaucoup lu sur le deuil et la mort. C'est tellement tabou, surtout quand tu perds un enfant. J'ai aussi commencé à méditer et ça m’a vraiment sauvée. Au début, il faut y aller une heure à la fois, un jour à la fois. À un moment donné, la lumière revient, doucement. Ce qui fait que je me suis accrochée, c’est que je me disais qu’Élodie aurait voulu qu’on continue à profiter de la vie et des gens autour de nous.

Maintenant, j'ai trois fois plus d'amour pour les gens que j'aime. On dirait qu’un deuxième coeur a poussé en moi! Depuis 6 mois, je travaille avec mon mari à créer une fondation en art-thérapie. Élodie voulait devenir art-thérapeute, c’était son plan de vie. On a eu une pulsion à vouloir faire ce projet-là pour l’honorer…c’est comme s’il nous pousse des ailes. Et ça donne beaucoup de sens à ma vie.

Vous avez aimé ?

  • Afficher les commentaires